Emery Jacquillat : manager de l’année 2011

21 décembre 2011 by Auréline

Une fois par an, le « Top des Entreprises » organisé par La Nouvelle République récompense les entrepreneurs des Deux-Sèvres en décernant sept trophées. Sept prix qui viennent honorer la performance, mais aussi l’audace, l’innovation, l’engagement dans l’économie sociale ou le développement durable…

Emery Jacquillat, fondateur du Groupe Matelsom et repreneur de la CAMIF, a eu l’honneur de se voir décerner le Prix du Manager de l’année.

Voici l’intégralité de l’interview diffusée lors de la soirée, face à Jean Rouziès, directeur départemental adjoint de La Nouvelle République, Emery Jaquillat évoque son parcours de chef d’entreprise, de HEC à Chauray.

Cet entretien d’une heure vous propose de découvrir un entrepreneur audacieux et passionné, avec beaucoup d’humour. Installez-vous confortablement et laissez-nous vous présenter Emery Jacquillat.

 

N'hésitez pas à partager cet article !

3 réponses pour “Emery Jacquillat : manager de l’année 2011”

  1. Cet interview est passionnant, je suis un « ancien » sociétaire camif, et cet « entrepreneur » m’a convaincu de soutenir le nouveau camif. Si je suis un « éventuel » client camif, j’ai besoin d’arguments et d’informations pour être convaincu, et la je les ai eus ! Dommage que la fin de l’interview soit tronqué, ce document peut servir pour l’information des clients camif qui comme moi ne sont pas passés à l’acte par manque d’information et par méfiance…Merci de cet engagement qui ne peut susciter chez les gens attentifs qu’admiration et soutien ! De plus ce document est essentiel pour les étudiants d’HEC et ESC, il souligne les qualités qu’un « entrepreneur » de 2012 doit réunir !
    Merci et bonne continuation !

  2. Cette interview très, très intéressante m’a conforté dans ma démarche d’avoir conservé ma confiance à « notre » Camif à laquelle j’étais « lié » depuis plus de cinquante ans.
    La rigueur de gestion, les choix pertinents et la convivialité seront le support de la réussite. Bon vent.

  3. J’ai écouté attentivement l’interview ;et ne résiste pas au plaisir de communiquer mon enthousiasme .Il m’est trés agréable de pouvoir continuer à défendre LA CAMIF à laquelle j’étais trés attachée . On peut parler de continuité ( esprit de solidarité )de modernité de partenariat, de management sympathique ouvert et particulièrement intelligent .

    Merci d’avoir permis la renaissance de « la CAMIF  »

    Je regrette de ne plus avoir de meubles ni de matelas à
    acheter !

    une vieille sociétaire

Ecrire une réponse